Accéder au contenu principal

Les dégâts de la presse populaire

Extrait de l'article de Ridha Kefi, Paru le 9 mars au journal Le Temps:

......
......

Comme quoi, il est
beaucoup plus facile en Tunisie de vendre des journaux, même réalisés avec des bouts de ficelles (mensonge, bidonnage, plagiat..., et plus les ficelles sont grosses, plus elles atteignent leur but), que d'être journaliste, un vrai, qui vérifie ses informations, s'assure de la crédibilité de ses sources, évite les excès de langage et, ce faisant, respecte ses lecteurs et participe à l'élévation du niveau intellectuel - et moral - de ses compatriotes.

Les lecteurs auront sans doute remarqué que nous ne parlons pas ici du traitement que notre presse réserve généralement aux problèmes politiques internes, ni de sa complaisance, réelle ou présumée, vis-à-vis du gouvernement et du parti au pouvoir, ni de la place qu'elle laisse - ou ne laisse pas - à «l'autre opinion», celle des leaders de l'opposition dite «radicale»...

Nous ne parlons pas non plus des libertés (d'expression, d'organisation...), ni des droits de tel ou tel intellectuel - libéral, de gauche ou islamiste - à faire entendre sa différence ou à critiquer le gouvernement...

Ces libertés et ces droits sont presque un luxe auquel on n'oserait même pas prétendre. Quoique...

Nous essayons seulement d'attirer l'attention des décideurs politiques, ainsi que des rares confrères et consœurs qui se soucient encore de l'avenir de la profession, sur les ravages qu'une presse trop populaire, imprécise, vulgaire et menteuse à souhait pourrait provoquer dans l'opinion publique. Et les «vocations» qu'elle pourrait aussi susciter, parmi les jeunes et les moins jeunes, en chantant, du matin au soir, les louanges des despotes, chefs de guerre ou imams rebelles, recruteurs de terroristes. Ou, encore, en racontant des sornettes qui infantilisent le peuple et le renvoient, intellectuellement, à l'âge des cavernes d'Ali Baba

Commentaires

Saied a dit…
Les dégâts de la presse populaire

Par : Ridha KEFI

«Une créature à moitié homme à moitié crocodile découverte dans le désert de...», «L'incroyable histoire de la femme à deux têtes», «Le visage de Saddam apparu dans le ciel, le jour de son exécution»...

C'est avec des manchettes pareilles que certains journaux réalisent les plus gros tirages dans notre pays. Il s'agit de ces tabloïds populaires, qui ne reculent devant aucune entorse à la déontologie journalistique pour doper leurs ventes.

Comme, par exemple, de truquer des images (la créature à moitié homme et à moitié crocodile ou la femme à deux têtes, tant qu'on y est) en utilisant des logiciels (Photoshop et autres) développés par les grands laboratoires américains, mettant ainsi la quintessence de la science informatique au service de l'ignorance la plus crasse.

Comme aussi d'inventer des histoires à dormir debout, aussi invérifiables les unes que les autres, puisque ne citant aucune source pouvant être sérieusement identifiée, à propos des Saddam, Ben Laden, Nasrallah, Ahmadinejad et autres «têtes brûlées» qui font malheureusement encore vendre du papier, et pas seulement dans notre pays.

Comme, last but not least, de découper - aux ciseaux - des enquêtes sociales parues dans certains journaux arabes (égyptiens ou autres, de préférence non diffusés en Tunisie) et à les republier presque telles quelles, en prenant le soin d'y changer les noms des lieux et des personnes, de manière à faire croire qu'elles ont été réalisées... chez nous.

Comme quoi, il est beaucoup plus facile en Tunisie de vendre des journaux, même réalisés avec des bouts de ficelles (mensonge, bidonnage, plagiat..., et plus les ficelles sont grosses, plus elles atteignent leur but), que d'être journaliste, un vrai, qui vérifie ses informations, s'assure de la crédibilité de ses sources, évite les excès de langage et, ce faisant, respecte ses lecteurs et participe à l'élévation du niveau intellectuel - et moral - de ses compatriotes.

Les lecteurs auront sans doute remarqué que nous ne parlons pas ici du traitement que notre presse réserve généralement aux problèmes politiques internes, ni de sa complaisance, réelle ou présumée, vis-à-vis du gouvernement et du parti au pouvoir, ni de la place qu'elle laisse - ou ne laisse pas - à «l'autre opinion», celle des leaders de l'opposition dite «radicale»...

Nous ne parlons pas non plus des libertés (d'expression, d'organisation...), ni des droits de tel ou tel intellectuel - libéral, de gauche ou islamiste - à faire entendre sa différence ou à critiquer le gouvernement...

Ces libertés et ces droits sont presque un luxe auquel on n'oserait même pas prétendre. Quoique...

Nous essayons seulement d'attirer l'attention des décideurs politiques, ainsi que des rares confrères et consœurs qui se soucient encore de l'avenir de la profession, sur les ravages qu'une presse trop populaire, imprécise, vulgaire et menteuse à souhait pourrait provoquer dans l'opinion publique. Et les «vocations» qu'elle pourrait aussi susciter, parmi les jeunes et les moins jeunes, en chantant, du matin au soir, les louanges des despotes, chefs de guerre ou imams rebelles, recruteurs de terroristes. Ou, encore, en racontant des sornettes qui infantilisent le peuple et le renvoient, intellectuellement, à l'âge des cavernes d'Ali Baba.

Le Temps, 9 mars 2007
Xander a dit…
C'est très courageux tout cela, surtout qu'il risque de se mettre la plus part des pseudo journalistes sur le dos, ainsi qu'une bonne partie du gouvernement qui encourage implicitement ces journaux à deux sous...

Ca à l'air de bouger en Tunisie! Pourvu que ca dure !!
Tarek a dit…
Waou! je pensais au départ que c'était un article de jeune afrique! Ca me fait plaisir de lire ça sur le Temps.

Le presse tabloïde existe partout, même (et je dirais, surtout!) dans de grandes démocraties. La seule différence est qu'elle ne fait pas la loi mais co-existe avec des médias sérieux!
samsoum a dit…
Ca m'a fait vraiment plaisir qu'un article comme celui ci apparait sur un journal Tunisien et surtout venant de "Le Temps". Esperons que c'est un signe de debut d'une "Nouvelle" ere !
amilcar a dit…
C'est vrai, ça donne de l'espoir!

Il y a deux jours, j'ai regardé un programme diffusé par Hannibal TV où des journalistes critiquaient l'agissement de la police qui a bouclé un journaliste parce qu'il photographié un hôpital à Gabes où il y a avait des déchets..

Le commentateur a dit qu'il ne comprenait pas cette attitude et il l’a même condamné. Il est allé plus loin en ajoutant par la suite, je le cite : "ils ferait mieux de ramasser les déchets au lieu de boucler notre confrère »…avouez que c’est tout de même osé….

En tous cas, c'est la première fois que j'entend une chose pareille à la télé tunisienne. Bon début. Ca confirme en tous cas le post de zizou il y a quelques jours : un vent de liberté est entrain de souffler sur la presse en tunisie. Espérons que ça sera le prélude à une ouverture politique …où de vrai partis d’opposition dignes de ce nom puissent jouer leur rôle dans une démocratie normale (Nous ne sommes pas encore là, mais on a le droit de rêver non ?)

Prudence tout de même. On ne le dira jamais assez : Pour les partis se proclament de la charia et de la religion, il faut toujours dire : NO PASARAN !
amilcar a dit…
La médiocrité ne touche pas seulement Al Chourouk et consort, mais toute la presse ! aussi bien arabophone que francophone.

Le journal « La presse » soit disant, premier journal francophone du pays n’a de lien avec le journalisme que le nom. Quand on le lit, on a toujours envie de commencer par la dernière page, c’est à dire à l’envers. Comme toujours, une Pin Up dans la dernière page(Qui n’est vraiment pas pour déplaire à beaucoup). On voit chaque jours, quasiment les mêmes pages : Une pour les adresses de restos et d’hôtels, ensuite la sacro saint rubrique nécrologique…. quatre ou cinq pages d’annonces de location et de vente de voitures, de maisons,d’appartements et j’en passe. Des pages de pubs sont toujours là pour remplir le blanc. Et ce ne sont pas de petits cadres isolés, mais des pages en entier parfois. Ensuite une rubrique « Actualité Internationale » où ils pressent soin, tout de même de faire des copier coller de quelques articles de L’AFP. Aucune analyse, aucun débat, aucune tribune sérieuse, les rubriques culturelles sont rares pour ne pas dire inexistantes.

Le seul journal en arabe et qu’on peut qualifier de respectable c’est « Al Sabah». Sauf qu’il n’est rien en comparaison avec Al Ahram ou Al Qods….

Et pourtant des journalistes tunisiens de qualité, ça existe. Je citerai Zyad Limam, Béchir ben Yahmed, sans oublier les quatre journalistes d’Aljazeera, dont Ghassen ben Jeddou, grand spécialiste du moyen orient. Les talents ne manquent pas, c’est le climat propice au travail qui fait défaut. Un journaliste digne de ce non, refusera de travailler dans un pays bâillonné.
arab a dit…
Ouais, mais en attendant les coups de boutoirs ce sont les musulmans qui les ont donnés . S'ils ont réussit à ébranler l'édifice, je ne pense pas que les no pasaran résisteront longtemps . A moins bien sûr d'avoir un troupeau d'éléphants et une troupe de mercenaires pour faire face, mais bon je crois que l'époque d'amilacr et d'hannibal est loin derrière nous . Je pense donc sincèrement que ceux qui ne peuvent rien aujourd'hui, ne pourront rien demain . Le calcul est simple, y a pas photo , c'est les plus forts qui l'emporteront du moins tant que l'oncle anatole restera neutre . Quand à l'oncle sam, lui y s'en fout cela ne le dérange pas, il en a accepté le principe .

Je dois reconnaitre que ça me fait un peu chier, j'ai besoin de ce port en eau profonde d'enfidha . j'espère que le tour de table est déjà réunie, faut pas qu'ils nous fasse faux bond . Je ne suis pas si pressé que ça, faudrait au moins qu'il mettent en place tous les financements necessaire pour permettre d'achever les travaux d'infrastructure routière et autres, on en aura besoin plus tard .Je sais , c'est cynique de ma part, c'est égoïste de penser à de tels trucs alors que d'autres galèrent mais bon , c'est vitale pour nous aussi d'avoir tout cette infrastructure sinon, on va galérer autant . Alors ce que l'on va faire, on va juste faire des compromis du donnant donnant . Y foutent la paix au peuple et ils lâchent la pression et on leur fous la paix le temps qu'il faut pour qu'ils pérenisent le travail et qu'ils plient bagages tranquillement . On va pas les brutaliser quand même les pauvres, y sont assez terrifiés comme ça. Nan mais sérieux quoi, y me le faut ce port en eau profonde, bon la centrale nucléaire, faut pas trop rêver, c'est pour les calandes grecques. On va pas attendre aussi longtemps quand même , en plus on se fera certainement bombardé comme les irakiens avec osirak . Comme ils connaissent le chemin, y son déjà venus chez nous en 85 .Y pourront peut-être même se payer un séjour charter pour visiter le reste du pays .

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

رئيس حكومتنا " يركب التونسية"

فما قولة شعبية في السودان تتقال وقتلي واحد يمشي و ما يرجع او فريق كرة قدم يخسر في تصفيات كأس و يلم ادباشه او شخص يتم فصله على العمل . هذه القولة هي " يركب التونسية" ويرجع ظهورها الى الثمانينات لما كانت الخطوط التونسية تربط تونس بالخرطوم. هذه القولة في حد نفسها تلخص مدى الثقة التي تحضى بها تونس و شركاتها والتحدي الموجود لكسب الثقة وتغيير العقليات . فلما سمعت بان رئيس حكومتنا برمج زيارة الى السودان في الأسبوع القادم برفقة مئة رجل اعمال خلت ان حقبة "يركب التونسية" انتهت  وان تونس الجديدة بلد الديموقراطية وضعت السودان وبقية جيراننا في الجنوب في اولاوياتها خاصة بعد غياب طويل عنهم وعلى مؤسساتنا القارية مثل الإتحاد الأفريقي.  ولكن و مثل كل رجال الاعمال و اخواننا في النيجر و السودان و ببوركينا فاصو فوجئت بإلغاء الزيارة بدون اي سبب. وبذلك ، بعد أشهر من العمل والتحضيرات ركب رجال الاعمال و برامج التعاون والمعاهدات المزمع ابرامهاو احلامنا بعلاقات أمتن التونسية مرة اخرى وبقيت صورة تونس على حالها.