Accéder au contenu principal

Mon premier Thanksgiving

Les Etats Unis celebrent Thanksgiving ce week end. LA ville etait calme comme un jour de Aid en Tunisie. Les aeroports et autres moyens de transports ont carbure tout le mercredi et le matin du jeudi. Des millions d'americains sont rentrés chez eux et ont celebrés la fete en famille. J'ai été très agreablement surpris par le nombre d'invitations que j'ai recu pour cette fete. Mes camarades de classe, mes professeurs, mes voisins, mes amis. J'avais vraiment l'embarras du choix et je ne savais quoi repondre devant ce flot d'hospitalité. J'ai finalament accepté l'invitation des Walker.
Vers 17h je suis parti vers leurs maison. La ville etait deserte, ca m'a fait bizarre ! une impression de Chakkan Fatr au Etats Unis. J'arrive chez les Walker, qlq invités etait deja la, ya avait une ouzbeke, un allemand et moi... Joel et sa femme etaient adorables et tres accueillants. On etait 12 en tout a diner. C'etait vraiment inoubliable ! La dinde, l'enorme quantité de nourriture (J'ai fait une Ommok Houria qui a eu beaucoup de succes), la gentiellesse, le niveau de la discussion et les blagues.... tout etait parfait !
Happy Thanksgiving America !

PS: a la fin du dejeuner on m'a demande si en Tunisie on fetait (Thanksgiving) la fin des recolte pour remercier Dieu ? Quelles sont les formes de celebrations de la fin de recolte que vous connaissez ?

Commentaires

Luna a dit…
Happy thanksgiving Zizou!
Anonyme a dit…
Coucou de Londres, Zizou :-)

Thanksgiving est effectivement assez agréable comme fête, surtout si on la passe avec une famille américaine. La bouffe est tellement bonne :-)

Pour répondre à ta question, pour célébrer une récolte, il n'y a pas mieux que se reposer et déguster leurs fruits de la récolte.

Á Kélibia, ce que j'adore le plus, c'est les jours où on fait les tomates séchées et la harissa en fin de saison. C'est tellement bon et beau. J'adore le contraste rouge/blanc des tomates sur les toits et les piments accrochés aux murs ou étendus sur le veranda.

Tu vas me dire que c'est du boulot mais aussi une manière de célébrer.
YASMINA a dit…
A la fin des récoltes et pour remercier Dieu, il y a la zaket: partager son bonheur avec les pauvres et les aider.

Sinon, dans le milieu ruarl, à la fin de la récolte ils font le traditionnel coucous avec de l'agneau pour la famille et les ouvriers.
Anonyme a dit…
Happy thanksgiving Zizou, I'm glad you had a good time. I myslef am so full that I won't eat anything for another 2 days :-)

Posts les plus consultés de ce blog

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée :  "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Le discours de Bourguiba à Addis Abeba en 1963 à l'occasion de la création de l'OUA

Merci à tous ceux qui ont réagi pour revendiquer l'appartenance de la Tunisie à l'Afrique. Grace au soutien de la direction de la communication de l'unité africaine,voici en exclusivité le discours de Bourguiba à l'occasion de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA). Ce discours a été prononcé il y'a 50 ans jours pour jours, le 25 Mai 1963 à Addis Ababa. Son Excellence Habib Bourguiba, Président de la Tunisie. L’unité dans la diversité J’ai l’agréable devoir d’adresser à votre éminente assemblée les salutations fraternelles du peuple tunisien et ses vœux de plein succès pour nos travaux. C’est la seconde fois en peu de d’années que les Etats indépendants d’Afrique se réunissent à Addis-Abéba, ce bastion héroïque de la liberté africaine. Je ne puis, sans émotion et sans fierté, évoquer l’épopée éthiopienne. Ce fut le début d’un combat décisif qui devait se terminer, en Afrique et ailleurs, par la défaite inéluct