Accéder au contenu principal

6 trucs sur moi sans importance ...

Ce jeu est tres a la mode dans la blogosphere tunisienne. Je m'y plie sans vraiment respecter les regles du jeu...

- Je bois mon cafe dans une grande tasse > 50 cl ... depuis que je suis a Seattle je me suis rendu compte de l'effet excitateur et energisant du cafe ( le cafe en Tunisie ne me faisait rien) et depuis je me shoote au cafe, generalement un latte avec 4 shots avec biensur du Khobz ou zit chaque matin ( pain + huile d'olive)

- Je suis grand : 1,93m, je sais que c'est pas vraiment important mais je sens que ma taille fait que j'ai un peu de mal a donner une grande importance aux details... ce qui fait que je suis plutot un big picture kind of guy.

- je suis addicted au Podcasts : J'ecoute NPR, RFI, France Culture, et la BBC arabic mais aussi state of trance , tiesto club life, Royal Opera house...

- Je vis dans une belle vieille maison, sur une colline surplombant le lake union avec une vue imprenable sur le downtown Seattle. J'ai un velo comme presque tout le monde dans mon departement et je ne fume pas comme presque tout le monde a Seattle.

- J'aime cuisiner, je le fais quasi quotidiennement. Je ne sors pas trop du cercle de bouffe habituel pour nous autres tunisiens : Couscous, riz, pates, Lablebi, soupe de lentille ( tbiikhet Adass), Shakshouka, Ommok Houria, plat tunisien (shan tounsi)... J'aime bien mange asiatique et surtout Thai/ Japonais / Indien. La! mon stock de Harissa et Couscous est a zero :-) si vous etes dans le coin... merci de depanner :-)

- Google a change ma vie : j'utilise quotidiennement :igoogle, google reader, gmail, docs, calendar, maps, scholar,talk, desktop, news, youtube, blogger et plus occasionnellement : checkout, earth, image, blogs... je passe bcp de tps sur facebook aussi

Commentaires

Mira a dit…
ça oui, t'es grand!

mais sinon, si je débarque à Seattle je sais où aller!

bizoutage de Paris!
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
J'ai récemment appris que plus on fait passer d'eau sur la mouture de café, plus on libère de caféine. Les cafés type allemands ou américains sont donc plus dopants que les expressos. A vérifier toutefois.
Anonyme a dit…
avec tout ce que tu fais est ce qu'il te reste du temps pour étudier et avancer dans la reflexion , ?
Anonyme a dit…
quand est ce que tu nous sors un livre

Posts les plus consultés de ce blog

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée :  "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Le discours de Bourguiba à Addis Abeba en 1963 à l'occasion de la création de l'OUA

Merci à tous ceux qui ont réagi pour revendiquer l'appartenance de la Tunisie à l'Afrique. Grace au soutien de la direction de la communication de l'unité africaine,voici en exclusivité le discours de Bourguiba à l'occasion de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA). Ce discours a été prononcé il y'a 50 ans jours pour jours, le 25 Mai 1963 à Addis Ababa. Son Excellence Habib Bourguiba, Président de la Tunisie. L’unité dans la diversité J’ai l’agréable devoir d’adresser à votre éminente assemblée les salutations fraternelles du peuple tunisien et ses vœux de plein succès pour nos travaux. C’est la seconde fois en peu de d’années que les Etats indépendants d’Afrique se réunissent à Addis-Abéba, ce bastion héroïque de la liberté africaine. Je ne puis, sans émotion et sans fierté, évoquer l’épopée éthiopienne. Ce fut le début d’un combat décisif qui devait se terminer, en Afrique et ailleurs, par la défaite inéluct