Accéder au contenu principal

Vous devez absolument aller voir Simon Shaheen

Samedi dernier, Je suis parti voir et supporter notre walid national lors de sa performance au Meany Hall !

Premiere surprise .... Le concert etait sold out ! une foule des grand jours et une ambiance du tonnerre.... Je suis parti pour voir Walid... mais je suis reste sous le choc d'un Tsunami nomme Simon Shaheen !

Le gars est sorti avec son violon au milieu de l'arriere salle jouer pour les gens qui n'etait pas encore entre au theatre... Il a joue pdt presque 20 mn devant une foule surprise par la spontaneite et le charisme du Monsieur ... il s'est ensuite eclipse pour rejoindre sa troupe ...

Qlq minutes plus tard, les musiciens ont fait leur apparition. Simon Shaheen a excelle que ce soit avec le ood ou avec le violon ... Il a joue ses propres compositions et plusieurs classiques... Il parlait au public et le public repondait bien ! lors d'une impro ... on a meme entendu un " Ya salaaaam" au fond de la salle qui nous fait oublier qu'on est ds la ville la plus recule du nord ouest americain !

le solo de walid etait impeccable et des hourra ainsi qu'un tonnerre d'applaudissement ont envahi la salle a la fin de sa performance !

la soiree s'est termine avec la sublime lunga farahfaza...

A la fin du concert ! on a rejoint Walid a la loge et on a fait connaissance avec Simon et Dhafer, le percussioniste... On a bien rigole et tres vite sympathise ! j'ai demande automatiquement si Simon Shaheen a joue en Tunisie avant ! et je fus surpris de savoir que ce virtuose n'a jamais joue chez nous ! En meme temps, il s'est dit pret a venir si on l'invitait !

Je ne sais pas comment ces choses la se font ! mais ... si vous connaissez qlq au sein du ministere de la culture, ou un des festivals de renomee en Tunisie ( Carthage, la Medina, Hammamet, Tabarka....) soufflez lui ce nom.... et je suis sur que Walid pourra aranger les choses ! ...

Une soiree inoubliable en tout cas ! Merci Walid pour ta modestie et ta gentillesse !







Commentaires

Anonyme a dit…
Pareil pour moi j'ai découvert Ibrahim Maalouf (jeune trompettiste, d'origine libanaise)mardi dernier au Café de la Danse (Paris- Bastille) et me suis dis qu'il fallait absolument qu'il vienne jouer à Tunis ou dans l'un de nos différents festivals régionaux !!!
Dons faisons travailler les connaissances comme tu dis : directeurs de festivals,....
je l'ai decouvert il y a un an lors d'un concert organise' par UC Berkeley, il y avait la meme ambiance que tu decris
Unknown a dit…
Merci Mariouma pour l'info sur le concert!!!

Posts les plus consultés de ce blog

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée :  "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Le discours de Bourguiba à Addis Abeba en 1963 à l'occasion de la création de l'OUA

Merci à tous ceux qui ont réagi pour revendiquer l'appartenance de la Tunisie à l'Afrique. Grace au soutien de la direction de la communication de l'unité africaine,voici en exclusivité le discours de Bourguiba à l'occasion de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA). Ce discours a été prononcé il y'a 50 ans jours pour jours, le 25 Mai 1963 à Addis Ababa. Son Excellence Habib Bourguiba, Président de la Tunisie. L’unité dans la diversité J’ai l’agréable devoir d’adresser à votre éminente assemblée les salutations fraternelles du peuple tunisien et ses vœux de plein succès pour nos travaux. C’est la seconde fois en peu de d’années que les Etats indépendants d’Afrique se réunissent à Addis-Abéba, ce bastion héroïque de la liberté africaine. Je ne puis, sans émotion et sans fierté, évoquer l’épopée éthiopienne. Ce fut le début d’un combat décisif qui devait se terminer, en Afrique et ailleurs, par la défaite inéluct