Accéder au contenu principal

Et si Tunis avait un Opera ...

Cette semaine ! j'ai ete a l'opera pour la premiere fois de ma vie !!
Pagliacci a un morceau que j'adore particulierement depuis que je l'ai decouvert ds le CD des trois tenors de 1994. Ce morceau... que j'ai personnellement baptise : Ebki 3ala sa3dek :-)





J'ai aussi ete voir l'orchestre philharmonique de Seattle jouer la symphonie inachevee de Shubert et deux autres master pieces de Weill et de Haydn ... tout ceci en attendant la performance de Simon Shaheen et de Walid Zairi ( from Tunisia) ce samedi au Meany Hall !

Sincerement ... J'ai la chair de poule a chaque fois que j'assiste a ce genre de spectacle grandiose (en parlant de chair de poule je me rappellerai toujours de l'intense emotion qu'est celle d'ecouter l'hymne national tunisien joue par l'orchestre symphonique de Rome sous la direction du grand Ricardo Muti au colisee d'el Djem). En y pensant ! je me dis que c'est une bonne chose que la nouvelle cite de la culture a Tunis va avoir un Opera .... En meme temps, je me demande si en Tunisie on a la capacite de presente ce genre d'art et surtout le public pour l'apprecier ....

Commentaires

Anonyme a dit…
Billehi fi9 3ala rou7ik Zizou : la preuve, aucun commentaire sur ce post!

Sinon, parmi mes passages préférés :

La première scène de la Tosca
Le choeur de Nabuco
La dernière scène de Madame Butterfly
Le duo Pamina et Pamino dans la flûte enchantée (Pa, pa pa...)
Croce é Felice de la Traviata (5ème scène je pense)
...
Anonyme a dit…
Yodhrolli makech ettaba3 fel machari3 el 7aditha?

A ceux qui ne le savent pas ou plutôt qui font semblant de ne pas le savoir :
Un grand projet "" Cité de la Culture"" verra le jour très bientôt!
CE projet englobera entre autres, un OPERA !!
On peut voir ces édifices sur le Boulevard Mohamed V - Tunis
Anonyme a dit…
wow, very nice clip. walla he was great. allah yirhamo. sa
Anonyme a dit…
j'ai assisté à l'âge de 13 ans au spectacle carmina burina à sousse. un choeur de 100 personne (un peu à l'étroit dans le théâtre) A chaque coup de tambour on avait l'impression que c'était le théâtre en entier qui s'élevait dans les airs et redescendait . ce n'était plus de la chair de poule uniquement , c'est le coeur des specateurs qui battait au rythme
Et voilà t-il pas qu'au milieu de la représentation on entend un bébé hurler des parents avaient emmené un bébé de 6 mois à ce spectacle unique , ça donne peut être une idée de la compréhension des spectateurs de ce genre de spectacle
Anonyme a dit…
pourquio, tu as choisi ce surnom, il est quand meme trés triste pour l'objet, cherche un peu un autre surnom

Posts les plus consultés de ce blog

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée :  "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Le discours de Bourguiba à Addis Abeba en 1963 à l'occasion de la création de l'OUA

Merci à tous ceux qui ont réagi pour revendiquer l'appartenance de la Tunisie à l'Afrique. Grace au soutien de la direction de la communication de l'unité africaine,voici en exclusivité le discours de Bourguiba à l'occasion de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA). Ce discours a été prononcé il y'a 50 ans jours pour jours, le 25 Mai 1963 à Addis Ababa. Son Excellence Habib Bourguiba, Président de la Tunisie. L’unité dans la diversité J’ai l’agréable devoir d’adresser à votre éminente assemblée les salutations fraternelles du peuple tunisien et ses vœux de plein succès pour nos travaux. C’est la seconde fois en peu de d’années que les Etats indépendants d’Afrique se réunissent à Addis-Abéba, ce bastion héroïque de la liberté africaine. Je ne puis, sans émotion et sans fierté, évoquer l’épopée éthiopienne. Ce fut le début d’un combat décisif qui devait se terminer, en Afrique et ailleurs, par la défaite inéluct