Accéder au contenu principal

Plagiat : A quand Turnitin en Tunisie ?

Le plagiat ronge nos theses, nos memoires et ca finit par se repercuter sur nos journaux , notre production litteraire. La recente affaire de Mr Kahlaoui doit pousser l'Etat et les decideurs au sein des ministeres de reagir. Le plagiat doit etre enseigne , explique et reprime.
Je ne sais pas si une version francaise de Turnitin existe ( elle existe...), mais je pense que ce logiciel doit devenir la norme dans nos universites. Il en va de la credibilite de notre enseignement superieur et de la valeur de nos diplomes.

Commentaires

Emomo a dit…
Au début, un preum !
Personnellement, il faut que nos établissements non seulement universitaires mais aussi scolaires soient équipés de ce logiciel, que ce soit en Tunisie, au Maroc ou tout autre pays. Franchement, je constate malheureusement que dès un instituteur demande aux élèves de faire des recherches, leur travail remis est constitué seulement des pages de sites d'Internet qui parlent du sujet de rechercher sans aucun développement personnel. Le pire, c'est surtout dans l'enseignement supérieur où la pratique du copier-coller permet de faire un rapport "bien fait vite fait". Ca me révolte. Aussi, je pense aux professeurs qui, en parallèle de l'enseignement, devraient normalement réaliser des travaux de recherche et publier au moins 2 travaux par an, chose rare en application.
Nos étudiants manquent de la curiosité et de l'esprit d'initiative. Et concernant faire marcher les méninges, peu le font en réalité et sont plutôt considérés comme des moutons noirs par les autres, surtout s'ils font du contrecourant à l'ordre établi par les cancres.
Hamadi a dit…
D'abord, nous sommes entrain d'apprendre à nos enfants (écoliers et lycéens) le plagiat par ses dossiers pris directement de internet sans aucun effort de synthese.

Au niveau de l'université, une fois une enseignante à demander à son étudiant (en retard) de faire un copier coller pour arriver à déposer à temps, c'est vrai personne ne lira son mémoire. J'ai eu à encadrer des étudiants lors des PFE et parfois (non souvent) tu as des pages entieres copier d'internet avec les problemes de mise en page derriere .... et ca passe malheureusement.

Le Probleme en Tunisie peut se resumer à mon avis à 3 niveaux : le faible taux d'encadrement, le faible niveau rédactionnel, les solutions de facilité ajouté à un systeme de complaisance qui nuit à tout le pays et qui previligie les personnes. une memoire n'est jamais refusé par respect à l'encadreur même si elle est minable.
Je donne un exemple, à l'ISG (école prestigieuse à Tunis) SI X est l'encadreur alors Y est le rapporteur et Z est le president de jury et si Z est l'encadreur c'est X le rapporteur et Y le president de Jury et ainsi de suite. X,Y,Z bien sur sont du même Clic.
C'est malheureux.
Roumi a dit…
Un jour je préparais un cours pour des étudiants et j'ai été chercher dans la bibliothèque de mon centre les rares ouvrages où je pouvais trouver des informations précises à ce sujet ; j'ai photocopié les pages intéressantes et je suis rentré chez moi. Là je me suis souvenu qu'un collègue tunisien avait fait un DEA où je pouvais trouver des compléments à ce propos et cela tombait bien vu que j'avais ce DEA en ma possession. Je l'ai donc pris... j'ai commencé à lire les pages du DEA intéressantes et je me suis aperçu que c'était en partie du recopiage des fameux livres que j'avais photocopié le jour même. Il était d'ailleurs assez facile de remarquer que le style de ces passages copiés était nettement plus soigné que le reste du travail. J'avoue que j'ai été très choqué évidemment par la malhonnêteté de ce garçon tunisien car il ne s'agissait pas d'une phrase recopiée et laissée malencontreusement telle quelle, ce qui peut arriver... il s'agissait en fait de paragraphes entiers copiés. J'étais choqué également par la négligence de son jury de DEA qui n'avait pas relevé cette tricherie alors qu'elle crevait les yeux et qu'elle aurait dû attirer des gens qui se prétendent spécialistes ! Choqué aussi par la négligence tunisienne ultérieure puisque son DEA a été reconnu valable et lui a permis de poursuivre une carrière universitaire en Tunisie alors qu'on devrait disqualifier les fraudeurs pour encourager l'honnêteté et la rigueur scientifique ; il était impossible pour une personne un minimum compétente de ne pas voir ces irrégularités... et sans même avoir à employer des techniques sophistiquées.

Pour ce qui est de logiciel français pour repérer les fraudes, il faut quand même savoir que leur usage reste limité encore aujourd'hui, même si on en parle depuis déjà plusieurs années. Personnellement je n'ai jamais connu un prof d'université qui avait la possibilité de s'en servir et moi-même pendant cinq années où j'ai enseigné à l'université, j'ai toujours dû repérer les fraudes de manière artisanale et à mes frais... c'est-à-dire passer des heures à la maison à rechercher des expressions manifestement copiées en passant par une recherche sur google... Pourquoi google ? Parce que si j'étais convaincu souvent d'avoir affaire à du copiage dans des livres, je ne disposais pas toujours des bons livres à la maison et c'était un travail titanesque de retrouver le livre précis et la page précise d'où venait un extrait copié. Comme certains copient des extraits de livres sur internet on peu souvent confondre les tricheurs par ce biais et c'est ainsi que j'ai procédé la plupart du temps même si c'était long et pénible. Parfois aussi il s'agit de copiage de choses inédites, qu'on ne trouve que sur internet... mais enfin cela n'est pas mieux... et c'est même souvent pire car les étudiants peuvent copier n'importe quoi, sans aucun esprit critique, sans établir la pertinence d'une source.

La vraie solution, ce n'est pas la mise en place d'un logiciel de contrôle... même si il faudrait qu'on puisse l'utiliser. La vraie solution c'est développer l'accès aux livres plutôt qu'à l'internet vu que l'on peut contrôler la qualité des livres et non celle de ce qui se trouve sur internet.

Ensuite il faut apprendre aux jeunes à avoir l'esprit critique, recouper les informations avec plusieurs sources, ce qui ne va pas de soi dans certains pays où on enseigne plutôt la soumission et la passivité pour telles ou telles raisons. Mais même dans des pays comme la France cet apprentissage de l'esprit critique se perd et notamment parce qu'on laisse les jeunes se servir sur internet par commodité ; on pense développer l'intelligence des jeunes en les faisant chercher... mais il ne suffit pas de chercher, il faut aussi apprendre aux jeunes à réfléchir par eux-mêmes, à synthétiser les données dont ils disposent, ... tout cela aussi ne va pas de soi ou ne va plus de soi, selon les cas de chaque pays.

Enfin dernier point, il ne faut pas s'étonner de voir un recours de plus en plus fréquent à du "tout fait" quand on voit le déclin des facultés des jeunes à s'exprimer dans un langage intelligible. Il est certain que pour des jeunes qui ne savent pas maîtriser convenablement le langage oral et/ou écrit la fraude peut s'avérer une planche de salut indispensable.

Bref il y a certainement beaucoup de choses à faire en amont car le logiciel de surveillance ne traite finalement que les effets et non les causes de ce problème qui n'est pas spécifique à la Tunisie d'ailleurs mais qu'on retrouve aussi bien en France, aux Etat-Unis, ...
Manal a dit…
Je compte en parler sur mon blog ;-)
Tarek Kahlaoui a dit…
سواء وقع تبني القانون الفرنسي أو أي قانون آخر فمة ضرورة لقانون حازم ردعي حول الموضوع هذاية.. فرج شوشان قال البارح في برنامج في موزاييك حول الموضوع إلي فمة قانون جاهز و بش يتعدى على مجلس النواب
http://www.mosaiquefm.net/index/a/ActuDetail/Element/3248

فمة جاجة أخرى الطرف إلي ينشر يلزم يتحاسب أيضا و لو أقل ربما من الكاتب... لأنو من المفروض يكون فمة شخص يقوم بمراجعة عامة للي تكتب... و المراجع يلزمو كون من أهل الاختصاص... و حسبما فهمت المنصف المزغني هو مراجع عام لمنشورات بوذينة
ahmed a dit…
ya hamadi
sans mechancete: on dit un memoire
la memoire c'est autre chose.
et une clique .sorry
Hamadi a dit…
Sans probleme, Merci pour la correction.
heliodore a dit…
Turnitin est déjà utilisé à l'ENIT par certains professeurs mais pas tous malheureusment.
Anonyme a dit…
Point grammaire: on écrit se répercuter et non ce répercuter . "Ce" s'écrit devant un nom,c'est un démostratif ,"se" devant un verbe(pronominal).
chercheur a dit…
éditions CLE (contributions à la littérature d'entreprises) il y a 2 livres intitulés "Méthodologie de recherche" (eh oui..le même titre avec le même format): l'un de 1992 signé Riadh Zghal, l'autre de 2001, signé Samia Karoui-Zouaoui. je vous invite à comparer la première partie de ces deux livres...pour comprendre la méthodologie de ....la "recherche"...et on ose encore reprocher à un pauvre étudiant de regarder la copie de son voisin...
Anonyme a dit…
Bonjour,
Nous sommes des etudiants français qui faisont une étude sur les logiciels de plagiat dans les universités en Tunisie.
Pourriez-vous nous indiquer quels sont les logiciels qui sont déjà utilisés sur place? et lesquels vont bientot arriver dans vos écoles? D'avance merci à vous.

Blandine
Daril a dit…
http://tunisie-harakati.mylivepage.com

je vous propose un sujet à étudier, à lire et à analyser.
Anonyme a dit…
Il faut faire apprendre aux étudiants et chercheurs qu'il leur faut mentionner leurs sources d'inspiration à chaque fois qu'il évoque l'idée ou même l'opinion d'autrui.
zirconia a dit…
http://ysa9ssialikel5ir.blogspot.com/2009/09/le-virus-du-plagiat-atteint-le-logo-de.html
Anonyme a dit…
Merci pour chercheur d'avoir relevé que Samia Karoui Zouaoui a plagié grossièrement Riadh Zghal dans l'impunité en plus! Le ministère a été informé du plagiat preuves à l'appui sans conséquence. Samia Karoui Zouaoui est maintenant Professeur! et siège aux jurys de recrutement!!
Referenceur a dit…
Vous suggérez des logiciels de détection de plagiat ! Tan-disque les instituteurs aux écoles primaires et secondaires encouragent les écoliers à imprimer les pages de Wikipedia :(

L'irrespect des droits d'auteurs (le copier/coller) est un fléau qui tue la créativité des jeunes tunisiens !!!

J'utilise Copyscope pour le web
http://www.copyscape.com/

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).