Accéder au contenu principal

El Klem Ezzayed : Un phenomene a combattre


Mon dernier passage fut pour moi l'occasion de constater de visu un phenomene qui ne cesse d'etre denonce par bcp. L'emploi d'un langage vulgaire est en passe de devenir une norme en Tunisie et surtout chez les jeunes de moins de 35 ans. Filles et garcons et qlq soit leurs statuts emploient de plus en plus de noms d'oiseaux et de propos obscenes dans leur language quotidien. Le probleme c'est que ca ne choque presque plus. On l'utilise aussi entre amis proches pour montrer un certain degre d'intimite! Et meme en famille pour montrer qu'on est cool ....

MAIS OU VA T ON ?

Comment analyser ce phenomene social ? Est ce du a une certaine culture prone par une certaine elite financiere du pays? Est ce du a l'affaiblissement du niveau de l'education et de la culture chez les plus jeunes ? Est ce prone par une certaine culture "stade de foot" et "virage"? Ou est ce du a l'absence de modele de reussite qui allient politesse, savoir vivre et reussite sociale et economique? Est ce l'effet des medias ( lesquels?). Je ne suis pas sociologue pour analyser tous ca mais je pense que ce sujet merite une attention plus grande ! Comment ca se fait que dans des pays tels que le Liban par exemple ! On n'utilise aucun mot grossier meme dans dans des altercations de rue? Comment on a pu devier de la sorte et comment revenir a une langue plus epuree? A quel niveau faut il intervenir?

En tout cas pour ma part, ce phenomene me derange ! surtout qd il atteint la blogosphere et pollue les sections comments d'une majorite de blogs interessants. Ce phenomene est meme plus grave au niveau de la blogosphere car il s'agit plus d'un lynchage de blogueurs a l'identite publique par une horde d'anonymes qui versent leurs venins sans aucune gene ni respect...

Je joins donc mon indignation a celle de mon ami Adam et je n'irais pas jusqu'a reclamer une action "Bouche Propre" mais je pense qu'il ne faut pas passer sous silence cette violence verbale qui pourrit notre quotidien.

Commentaires

elgreco a dit…
hélas
trois fois hélas!

et
de mal en pis!
3amrouch a dit…
ce qui me derange le plus c'est la banalité avec laquel on traite ce genre de probleme quand on voit qu'en france il y a une etude en vue d'obligé les policiers a vouvoyer le citoyen...

il m'arrive de passer des mois et des mois son entendre la moindre obsenité et une fois de retour a tunis le spectacle commence(tu te sent etranger et tres contrarier).
p.s:j'ai cru comprendre que tu visais les sfaxiens connus par leur language cru,je n'en suis pas un mais j'ai y vecu 5ans.
p.s:je pense comme toi aussi c'est l'absence de modele de reussite social et economique qui consitue un exemple a suivre.
cristophe a dit…
Tu parles de violence verbale et quand j'entends, chez moi en France, des gens se parler grossièrement, je ressens aussi de la violence. Mais, les esprits sont-ils vraiment violents ?

Quoi qu'il en soit, il reste que ça ne sonne pas joliment.

_________
Cristophe
http://hosanna.over-blog.org/
Massir a dit…
@ 3amrouch:
Il visait les sfaxiens?
Connus pour leur langage crus???
resiros a dit…
ba meme en liban on emplois les gros mots!!
b3aya a dit…
pour ma part je dirai ke du momen ke ca ne sor pas du cercle d'amis proches ou tres proches, ce n'est pa bien grave. pske il fau le dire C un geste de defoulement...mais une fois ke ca quitte ce cercle sa pose veritablement probleme...

en ce qui concerne les sfaxien, je ne vois absoulmen pa de koi tu parl mon cher 3amrouch :P
cmoi a dit…
mais non tu te trompes si tu dis qu au liban ils ne disent pas ces mots, attends peut etre ils n utilisent pas nos mots mais ils ont d autres termes a savoir: tiz, kes, charmouta... moi j ai des amis libanais, filles et garcons et ils ont un bon niveau universitaire (mastere et doctorat) et ils disent comme nous des gros mots
Aymen a dit…
j'ai remarqué les gros mots quand j'était étudiant,mais dans le milieu de travail ça a tendance à diminuer,mais j'en suis complétement d'accord,ce phénoméne a augmenté beaucoup ses 10 derniéres années,des fois ya zied ezzah tu trouves des petits qui disent de gros mots dans les rues ,pas seulement dans les quartiers populaires.
je suis d'accord avec 3amrouch,à l'étranger on n'entend pas de gros mots,hani demain je vais aller en tunisie et je vais être obligé d'entendre dans les rues,les gros mots tunisiens !

anecdote:
en début de cette semaine une collégue lui a semblé que j'ai dit le mot "connerie",elle était étonné que j'ai dis ce gros mot selon elle :D, je lui ai répondu si tu entend le langage des tunisiens même des hauts cadres,tu seras hyper choqué ;)
3amrouch a dit…
(Est ce du a une certaine culture prone par une certaine elite financiere du pays?)...
rayhane a dit…
je constate que les bloggeurs tunisiens se répètent. le sujet a été débattu et re débattu à plusieurs reprises. ce n'est pas toi, cher ami zizou que tu vas changer les donnes. à moins que tu ne serais pas le mehdi el mountadhar :).
rayhane a dit…
tu ne serais pas un juif tunisien par hasard?
amilcar a dit…
Zizou, tu es devenu puritain tout d’un coup ? : ) LOL ?
bof...les gros mot existent dans tous les pays…en france les mots "putain", "connard" se disent à la télé, les films, les émissions de divertissement... et même au 20h
Aux State tu entends toujours un "motherfucking" entres deux mots...et c'est devenu très banal aussi. Mais là où nous nous distinguons, nous tunisiens : ) c'est que nous sommes les seuls à insulter la religion et le bon dieu.
« Narn din ommek » est en réalité « Yal3an din ommek » c’est une insulte à l’islam au fait : ) « Nar3 din rabbak », c’est une insulte à ce bon dieu …
A ma connaissance, en Europe, je n’ai jamais entendu quelqu'un insulter Jésus lors d’une bagarre ou autres…
Dans les pays arabes, je ne crois pas qu’ils insultent la religion et dieu comme le font si bien les tunisiens :)
Bref…un autre dira...Et alors ?
Contrairement à zizou, moi ce phénomène ne m’indigne pas…je suis juste entrain de constater. Y’a d’autre sujets plus graves et plus sérieux à mon avis …
amilcar a dit…
j'ai cru comprendre que les sfaxiens, comme d'hab sont les " fautifs" : )....allons ce n'est pas parce qu'ils sont les meilleurs, les plus riches, les plus instruits qu'il faut les accuser...arrêtons merde!
أنيس a dit…
perso je pense comme toi zizou que entre-autres, se serait dû à l'absence de référence culturelle/sociale auquel les jeunes pourrait s'identifier

De même que l'absence d'un minimum culturel & d'éducation dans la famille engendre des jeunes qui ne savent pas discuter en argumentant mais ne savent qu'insulter: culture des stades et des cafés

Bref, qu'attendre d'un peuple qui s'entretue dans les stades ou sur la route ??
al_moudir a dit…
@3amrouch : je vois pas quel est le rapport avec les régions? Est ce qu'à Sfax on dit des gros mots plus que dans d'autres régions?? plus que mellasine ou ettadhamen??
Skydancer a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Skydancer a dit…
ezza* Zied!

On ne peut même pas rigoler?
Largo a dit…
Ahla bikom

Je pense que le raisons qui possent le tunisien à utiliser ce champs lexical sont:
- le stress et la télé qui rendent les gens agressifs
- la situation du tunisien qui le rend aussi agressif
- le manque de civisme engendré par l´egoisme tunisien (ce genre de mots seulment dans la rue mais a la maison tout le monde est poli)

et bp d´autres raisons taw ki netDhakkarhom niktebhomlkom.
nasr a dit…
"MAIS OU VA T ON ?"

On va dans le sens que ton post indique : Ne pas distinguer entre insultes et obsénités verbales d'un côté, et l'usage de certains mots considérés vulgaires pour exprimer une idée.
Les degrés d'expression et de langage sont multiples : argot, soutenu, courant, familier.. Le vulgaire n'est pas un mode d'expression. On dit vulgaire pour qualifier une forme d'agression de l'auditeur, par une forme d'expression qu'il n'est pas prêt à recevoir. C'est une atteinte à son intimité, à sa liberté.
Considérer l'usage de certains mots comme de la vulgarité dépend donc :
- du contexte : situation de conflit, monologue/dialogue, agression.
- des locuteurs : perméabilité des parties participantes et degré d'intimité partagé.
Mocka a dit…
je pense toute violence nait d'une souffrance.
on passe par le mot avant le coup de poing, qui n'est souvent pas très loin.
il s'agit peut être de donner aux gens le moyen de respecter eux meme pour qu'ils puissent respecter l'autre.

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).