Accéder au contenu principal

Touness el Hamra


Je viens de rentrer de "safeways" (le Monoprix du coin). J'ai payé la livre de tomate a 2$...
L'autre jour a Portland plusieurs amis ont demandé a boire du jus de tomate...
Il en fut de meme dans l'avion Frankfurt-Portland, sur une rangée de voyageur pres de 50% ont demandé du jus de tomate....

Malla Tmatem ! quand je pense que chez nous en Tunisie, la tomate arrive meme a pourrir sur les champs, que les camions passent des nuits entieres en face des usines de transformation dans l'espoir de "fourger" leurs cargaison, meme a credit.
Ce fruit/legume saisonnier est le vilain petit canard de l'agriculture en Tunisie.Il ne beneficie pas du respect que les tunisiens vouent à l'huile ou au blé et autres fruits. Et pourtant ! La tomate beneficie de larges atouts qui ne sont pas a negliger !!

En effet, la Tunisie est le premier producteur africain de tomate et le plus grand consommateur de tomate du monde par tete d'habitant. Nos premieres usines de transformation datent des années 1903 et nous avons transformé plus de 700.000 tommes depuis l'an 2000. La tomate n'est pas chere, produite sur presque toute la totalité du territoire ( surtout au cap bon et a sidi bouzid). Malheureusement !! sa filiere est mal structurée et n'est pas utilisé au maximum de ses possibilités.

Le secteur privé devrait a mon avis s'activer un peu plus et esssayer d'internationaliser le label "tomate de Tunisie", qu'elle soit fraiche,transformée ou en jus la tomate a vraiment un potentiel enorme et c'est vraiment malheureux que nos pauvres agriculteurs payent le prix de la faiblesse de nos exportateurs.

" soyons fiers de nos tomates" !!!

Photo: Faycal Mehrez

Commentaires

Agricultrice en herbe a dit…
Les agriculteurs ça ne les arrange pas beaucoup d'investir dans les tomates parcequ'ils les revendent à un prix trés bas en gros et c'est le marchand de légume qui en tire le plus grand bénéfice.
Pour cultiver les tomates il faut des ouvriers qui travaillent à la journées, il faut aussi des engrais pour les protéger.
Et on n'est jamais à l'abris des mauvaises surprise, il y a deux ans des champs de tomates ont été ravagés pas les souris notre célèbre "far boutmira"(c'était mon cas). Et donc ça fait trop d'effort et de risques et peu de gains.
Il y a des usines de tomates conserves qui te financent et après il achètent toute la récolte et ce sont eux qui la récolte (récolte sur pieds) c'est a l'air d'être une bonne solution. Je vous en dirai plus dans un mois, puisque cette année j'ai fait cette expérience.
Sinon pour l'export ça sertait bien, il faudrit s'informer!
Tarek a dit…
La tomate a une vbaleur ajoutée zéro zizou. Ce n'est pas ça qui va nous "hisser au rang des pays développés" comme disent les gens de la télé.

L'agriculture en Tunisie est inefficiente. Elle est étalé, elle consomme trop et produit peu. Il faut prendre exemple sur la GB, limiter l'exploitation à de petites zones, et intensifier leur rentabilité.
Youyou a dit…
"Il faut prendre exemple sur la GB," tu veux dire mettre en place la PAC en Tunise et faire en sorte que les gens qui en profitent le plus soit le Prince de Galles ou la Reine :p
Tarek a dit…
Youyou: je te rappelle que la GB s'est toujours opposée à la PAC. d'ailleurs je pense que la GB n'a plus rien à faire en Europe, qui ne fait que sucer le sang du contribuable britannique depuis des décennies. Moi-même qui n'en suis pas un ça m'exaspère de voir tous ces fonds partir en fumée pour combler les déficits de toutes ces économies continentales sous perfusion. La Dame Thatcher l'a dit une fois: "I want my money back!". Rendez aux anglais leur argent et débrouillez-vous!!
MetallicNaddou a dit…
@Tarek: tu me donnes mal à la tête ! ça t'arrive de te reposer ?

@zizou: en matière d'agriculture en tunisie, le problème c'est qu'il y a beaucoup de retard au niveau des techniques employées, du contrôle de production et toute la production est souvent bradée, soit aux commerces et usines locales, soit à l'exportation. Rien n'est véritablement mis en valeur, et la production n'est pas optimisée. Si certain produits traditionnellement connus dans le monde comme l'huile d'olive profitent de plus d'attention, pour le reste, on se démerde comme on peut. Il faudrait revoir le système en entier, il ne s'agit pas uniquement de tmamtem. Quand un pays dépend en grande partie de sa production agricole se permet d'être à la merci des moindres perturbations climatiques comme si on jouait à pile ou face pour la moindre goutte de pluie en plus, c'est normal que tout tienne à un cheveu et qu'on ne veuille pas prendre plus de risque à développer de nouvelles sources de revenus dans ce secteur.
Anis a dit…
En tant que cuisto en herbe la tomate tunisienne est l'une des plus bonnes au monde !

En europe ils vendent de la m... (comme dirait JP-Coff) à 2 euros le kilo

cher Tarek, il ne s'agit pas de la tomate: il s'agit de mettre en valeurs nos ressources !

Alors même si l'on peut avoir des possibilités d'exploitation énormes de nos ressources (naturelles ou même humaines) et que l'on ne fait rien parceque nos agriculteurs ne sont pas "au courant" cela ne sert à rien de courir si l'on ne se donne pas les moyens : éducation, information, investissement dans le savoir !

Donc si l'on n'établit pas un système pour que propère la tomate (ou l'ingénieur), c'est tout à fait normal que que la tomate se barre (de même que l'ingénieur)

Et l'on aura dans nos supermarchés du ketchup Heinz que l'on consommera avec bienveillance parceque c'est de l' "importé"!

Anis
Tarek a dit…
Anis, l'agriculture tunisienne freine le développement (cf le dernier rapport de la BCT qui indique clairement que le ralentissement de la croissance est dû aux défaillances de ce secteur).

Pour moi c'est un secteur trop volatile qui sera le premier à encaisser les coups du libre échange avec l'Europe. Le problème n’est pas que nos agriculteurs soient mal informés, mais qu’ils sont trop petits et qu’ils ont tout le temps besoin des subventions de l’Etat.

Il faut qu’on commence à limiter la production à quelques produits clés. Si la tomate n’est pas rentable, tant pis pour la tomate, on en importera. Mais produire tout, en continu, à perte, est très mauvais pour la santé de ce pays.
Anis a dit…
le problème n'est pas l'agriculture en elle-même,
mais le système: les agriculteurs mal formés, le système agro-alimentaire et de distribution mal fait, l'eau mal gérée

Je ne pense pas qu'il faille abandonner des produits de qualités uniques (tomate, vin etc...) parcequ'ils sont mal exploités, mais je pense qu'il faut changer les gens qui les gèrent mal !

Quant à importer de la malbouffe anglo-saxonne style fish&ships, McDo et autres saloperies (cf. SuperSize Me) alors là non merci !
Youyou a dit…
"Youyou: je te rappelle que la GB s'est toujours opposée à la PA" .... mais en ait la plus grande bénéficiaire après la France! Et on est d'accord la GB n'a rien à faire dans l'UE, et ceci avait été dit par De Gaulle déjà. Mais dis moi pourquoi tu es à ce point anti-européen primaire? par définition tout ce qui viens du vieux contient est négatif et ce qui viens de GB/USA est positif? La PAC est un dispositif désuet certes mais qui a été un véritable outil pour l'Europe à un moment. Je reviens d'Irlande, il ne faut pas être un économiste génial pour comprendre que c'est l'Europe qui a permis à ce magnifique pays de passer du stade de pays sous-dev au stade de pays à la croissance enviée, sans les investissements européens (donc financés à la base par les participations des pays et donc de la bonne Thatcher) qui ont permis de moderniser TOUTES leurs infrastructures pré-moyenageuse.

"Rendez aux anglais leur argent et débrouillez-vous!!" + " "I want my money back!".
L'abattement accorder à la GB est né pour ça à la base, mais il n'a plus lieu d'être vue que la GB recoit PLUS de l'UE qu'elle ne cotise selon les derniers chiffres.
Um Zayd a dit…
La tomate comme telle sera difficile à exporter comme mentionné par d'autres avant moi.

Mais ce qui serait une bonne idée est de savoir produire des produits dérivés qui auront une mailleure valeur commerciale et qui seront plus simples à conserver.

Notamment, la tomate séchée qui se vend assez cher en Europe et Amérique du Nord et qui a des besoins de conservation assez basiques. Au Cap Bon, on en fait chaque été pour la consommation familiale et je peux vous dire que la différence en coût est énorme.

De mm, pour que nos produits d'agriculture commencent à devenir intéressants à exporter, il faut aussi savoir mieux les présenter: packaging...etc

Ces produits peuvent être aussi intéressants à valoriser pour les touristes locaux et étrangers. L'agro-tourisme peut très bien marcher. Par exemple, au Québec, on produit du sirop d'érable à partir de la sève des érabliers (un peu comme on extrait le légmi des palmiers). Il existe des dizaines et dizaines de "cabane à sucre" où on exploite ce sirop pour en faire des produits dérivés (beurre, tarte, vinaigre...etc), des business de restauration, et des activités qui tournent au tour des érables.
bugsbunny a dit…
Um zayd la globalization et un gros mensonge. Il est vrai que d’apparence nous sommes dans la libre circulation des produits mais en réalité nous somme en plein dans le protectionnisme. Cette liberté de circulation est vraie dans un seul sens.

L’europe et surtout les états unis en matière d’importation de produits agroalimentaires ont des normes trop difficiles à satisfaire. Ce n’est pas seulement une question de packaging, il faut revenir carrément aux méthodes de production. Pour les usa même les parasites en état de cadavre dans les produits que nous consommons couramment chez nous (le double concentré de tomate par exemple) ne passent pas chez eux. Pour se conformer à ces normes notre produit agricole ne serait plus compétitif en terme de coût.
lamine a dit…
ey berrasmi 3andek el 7a9 ya zizou etmatem el 3ezz!! surtout mta3 el cap bon!!
we zid tawwa fi tounes etmatem bech dzid tetawer we tekber surtout berray 9atra 9atra we bel bou7ayrat el jebeleya...
bech twalli 3anna men a3az we a9wa etmatem fel 3alem.
el 3alem bech nhaymnou 3lih betmatem mte3na
mella a7na ettouensa!!!
Anis a dit…
Bien sûr que la globalization est un gros mensonge dans la mesure ou elle conforte la position des dominants !

Chacun fait au mieux pour protéger ses agriculteurs (PAC, subventions américaines) et essaie de perdre au minimum de ses chiffres d'affaire.

Et quand on vient mendier au FMI ou à la banque mondiale ils nous conditionnent leurs prêts à l'ouverture de nos marchés !

C'est à nous donc d'être imaginatifs et de valoriser nos produits et d'acquérir l'expertise et les dernières technologies pour cela!
Et c'est justement l'information, le fait d'être "aware" ;-) qui va nous permettre de faire un update de nos mécanismes de production et de marketing !

Je crois d'ailleurs plus aux accords bilatéraux qu'aux accords globaux (style cucle de Doha)
pour résumer on peut dire qu'on est le Michael Jackson de cette histoire:
http://www.youtube.com/watch?v=DrOojH8RWYQ

;-)
EMMA BENJI a dit…
Très instructif, je le savais pas!

Au fait, es tu au courant que l'édito du dernier numéro de Femmes réalité t'es dédié?

l'edito s'intitule "Lettre à Zizou de Beyrouth"!
Soly Z. a dit…
Les tomates "fraîches" en Allemagne sont presque toutes importées des pays bas, pays ou l'agriculture est une vraie industrie (comme aussi le cas des fleurs et d'autres produits comme le gazon des stades). On crée toujours de nouvelles sortes (par croisement) et on étudie leur saveur, leur habilté au transport etc. Le concentré de tomate est par contre surtout importé de l'Italie et n'est pas si cher.
Les voies courtes de tranport (par camions) est aussi un grand avantage.
Sachez que pour l'huile d'olive, la tunisie n'arrive apparemment pas à exporter le peu d'huile qu'on produit.
bugsbunny a dit…
@Tarek & all: je viens de prendre part à une réunion avec un organisme national concerner par la ressource en eau.

De cette réunion il en ressort que dans sa stratégie de l’eau à horizon 2030, l'état tunisien à l'intention de réduire, dans les toutes prochaines années, de 50% les périmètres irrigués qui sont justement consommateur d'eau et pas pour autant rentables, et d'intensifier l'exploitation des autres 50% restant.

Ceci pour rejoindre ton idée et pour dire que l’administration Tunisienne n’est pas aussi nulle que ça.
Tarek a dit…
Merci Bugs! comme ça je peux passer un week-end tankil :)
Anis a dit…
Je vais vous dire qqchose:
tant que j'ai vécu en Tunisie je ne connaissait de la tomate que la tomate concentrée et la tomate en légume

Lorsque j'ai voyagé j'ai découvert cela: tomate passata, tomate concassée, tomate séchée, jus de tomate, sauce tomate déjà prête (bolo), tapenade de tomate, tomates en grappes, tomates italiennes...

bref ce secteur n'est pas rentable parce-que nos industriels manquent d'imagination et d'INNOVATION et ont peur d'aller explorer des marchés immédiats et pourtant pleins de potentiel (maroc, algérie, libye, egypte)

Ceci ne concerne pas uniquement la tomate d'ailleurs !
Youyou a dit…
hé hé hé Mon bon lapin je me joins à Tarek pour dire thanks, tu veux pas leur dire de suggérer à leur pote libanais de faire pareil? Nous sommes une cata environnementale par chez moi, mont Bourj-hamoud si tu nous lis ;)
chaho a dit…
Il faudrait peut-être parler du drame de la tomate et de celui de tous les produits agricoles du tiers monde .
Chez nous la tomate est belle, pulpeuse, goûteuse en plus elle est bon marché . Cette semaine elle était à 350millimes à Monoprix -Ennasr,soit le 1 cinquième d'un euro alors qu'elle est vendue en France à 4 euros en moyenne sous la forme d'un fruit/légume dur et passablement fade . Les figues se vendent pour la valeur d'un euro alors qu'en France elles coûtent de 5 à 7 euros .E t pourtant on n'arrive pas à vendre nos produits dans ce pays .

Pourquoi? parce que nous ne sommes pas européens!(CE)Sous prétexte de protéger les emplois des agriculteurs français on fait barrage à tous les produits susceptibles de concurrencer les leurs!
En continuant à fermer ses frontières la communauté européenne refuse d'établir des relations gagnant-gagnant avec les pays du Maghreb notamment ; Si on pouvait exporter plus,on aurait moins de chômage et on ne chercherait pas à émigrer par tous les moyens.
L'Europe mise sur le court terme et veut préserver ses avantages acquis.Les pays riches ,arabes compris,font pareil.
Ne parlons pas des cours mondiaux des autres produits agricoles en provenance des pays pauvres. ..
Heliodore a dit…
Aucune culture n'est rentable en Tunisie. Ceux qui le font, c'est uniquement pour l'amour de la Terre.
Anonyme a dit…
La culture bio est rentable .
bugsbunny a dit…
oui bio. nous sommes dans le luxe ou le prix n'a plus grande importance.
mais encore faut-il prouver que le produit est bio.
c'est quelque qui n'est pas simple qui a un coût et qu'il faut apprendre.
mais le plus important c'est de trouver le marché.

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).