Accéder au contenu principal

Djerba en 1913

Djerba en 1913 etait assez differentes de celle de maintenant. Il parait que c'etait plus vert et que c'etait vraiment tres cultivés ( actuellement l'ile est tres aride). Un guide touristique de l'epoque( Thomas cook guide) rapporte que y'avait a Djerba 1300.000 palmiers, 500.000 oliviers, 500.000 Vignes et 150.000 arbres fruitiers. Djerba avait 60.000 habitants de differentes confessions et rites (Sousse avait 25.000 habitant ( 6000 europeens), Sfax 80.000 et que Tunis rassemblait 270.000 habitants ( 60.000 europeens)...

L'ile etait relié au continent par la chaussée romaine et par differente lignes maritimes qui la reliait a Gabès, Tripoli, Tunis, Malte, Zouara. Le voyage a Tunis se faisait generalement par bateau jusqu'a Gabes ( 6h) puis de Gabes a sfax par diligence et de Sfax a Tunis par train ( 10 hours avec un stop a sousse qui dure ...). On pouvait egalement faire tout le voyage en bateau ( qui toutefois n'accostait que a 4 miles de l'ile) et le voyage durait 3 jours. on raconte aussi que l'etat des routes etait execrable et que la locomotion se fait a dos de mulet ou avec des charrettes.
Les habitants de l'ile etaient generalements des cultivateurs, burnoussiers (burnouss & kadroun), pottiers, pecheurs, plogeurs ( eponge). l'ile exportait l'huile , la poterie et la laine en grande quantité.


Mon grand pere paternel est né la bas un vendredi 13 juin 1913. Il est né a Chebabia. Chebabia se trouve a qlq Kilometres de Midoun au nord est de l'ile. Ma famille possedait des terres et comme beaucoup de familles djerbiennes elle confiat ses terres ou bien a des enfants d'esclaves ou a des "arabes" du coin qui travaillaient la terre et qui prenait le cinquieme du gain a chaque recolte.
Mes ancetres ( jusqu'a 6 generations) ( comme les autres djerbien generalement) preferaient le commerce de proximité et surtout la Ottria ( l'epicerie) dans des villes lointaines et generalement plus prosperes. Le systeme fonctionnait de la sorte: les hommes partent toute l'année travailler au magasins et puis revenaient le temps de la recolte pour repartir les gains et faire des enfants. Les enfants en effet vivaient avec leurs meres et les vieux de la famille dans les menzels qui sont un rassemblement de petites maisons appartenant toutes a la meme famille ( au sens large). Les epiceries Djerbiennes etait dispersées sur toute la surface de l'empire Ottoman mais surtout au Maghreb ( j'ai retrouvé des cousins du nieme degré etablit au Liban! c'est dire!!).
Mon grand pere est parti de Djerba a l'age de 13 ans pour bosser au hanout ( l'epicerie) de son pere. Quelques années plutard, alors qu'il etait deja marié il a ouvert sa propre epicerie( entre temps il a fait l'ouvrier chez d'autres cousins). Vers les années 50, il a changé de specialité et au lieu de l'epicerie il a ouvert une droguerie ( produits chimiques).
Mon grand pere n'aimait pas Djerba, pour lui ca representait la campagne alors que lui il aimait la ville. Depuis qu'il s'est marié a une djerbienne de Tunis (de vingt ans sa cadette). Il n'est rentré a Djerba que rarement. Il n'a jamais cherché a investir, ni meme a veiller sur son bien et les bien de sa famille ( pour lui ca ne valait rien) alors qu'il etait issue d'une lignée de fils uniques (trois generation) ( ce qui montre la difficulté de la procreation quand on rentre un mois par an mais aussi l'etat catastrophique de la santé publique a l'epoque( mortalité infantile elevée)).
Mon grand pere est resté a bosser au meme rythme et de la meme maniere dans un magasin de l'age de 13 ans jusqu'a celui 79 ans ( ca ne voulait pas dire qu'il etait pauvre). Un jour sa santé ne lui a plus permis d'aller a Bab El Khadhra ( quartier de son business). Il est resté chez lui... a ne rien faire!!! 1 année plutard il a passé l'arme a gauche




Commentaires

EMMA BENJI a dit…
Moi aussi je suis 100% Djerbienne.
De mahboubine... Par contre je ne connait pas au detail l'histoire de mes grands parents!!!
Anonyme a dit…
Zied,
are u ok..
and i want to go to Djerba this summer !!!!!!!!!!!!!!!!!
merci pour cette histoire, très intéressant :)
sami a dit…
"les hommes partent toute l'année travailler au magasins et puis revenaient le temps de la recolte pour repartir les gains et faire des enfants."
....putain ca doit etre chaud pendant la récolte :)
Anonyme a dit…
il ya lieu de rappeler le film La Saison des hommes de Selma Baccar qui présente des éléments de cette réalité que tu évoques.
Tu ne t en souviens pas mais moi j'ai connu ton grand-père quand il travaillait à la droguerie .Cétait une figure mythique de Tunis parce qu'il vendait des produits en exclusivité,à telle enseigne que si on ne trouvait pas un produit chez lui il était inutile de le chercher ailleurs. cela a duré jusqu au milieu des années 80, soit un demi-siècle!
pour ce qui est de la prospérité de l'agriculture à jerba, je me rappelle un texte de Mahmoud Bouali ,un historien tunisien qui disait qu'au 11è siècle (je crois ) en tout cas à la péride des invasions des vikings ces derniers venaient à gerba pour prendre les pommes qui étaient cultivées à Jerba pour les offrir aux dames de la cour de Sicile .
Lotfi a dit…
Bonjour Zizou,
Je salue en vous votre amour pour votre ville natale djerba et vous demande de bien vouloir ajouter le liens de mon nouveau blog:
http://kairouanfm.blogspot.com/
Ce serait pareil de mon côté.
Cordialement
oasis dossonhos a dit…
Cher Ami
j'ai été a Djerba entre le 17 Mars et le 2 d'Avril. Elle est très changé. Tu peut voir a mon blogue quelques photos et j'ai écrit a propos des transformations en langue portugais.
Ciao. Je t'embrasse
Luís
Anonyme a dit…
Je suis un parisien de Djerba. Ulysse, Uysse.
Je suis cinéaste. J'apprends qu'il y a un festival Doc. à Beyrouth. Cela m'intéresse.
Fethi

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).