Accéder au contenu principal

L'argent est là! Il suffit de le prendre...

Le prix du petrole est tres elevé et risque de le rester pour longtemps. L'argent coule a flot dans les pays du golfe et des investissements colossaux sont annoncés un peu partout dans la region.
Il faut dire que depuis le 11 septembre, les pays de la region ont une veritable chance pour attirer un maximum de fonds. Au Liban et malgré tout les troubles politiques la bourse n'a jamais flechi et au contraire elle continue a attirer un max d'investissement. Quant a la bourse de Tunis elle a atteint des records. Plusieurs investisseurs arabes ont annoncés cette semaine la creation de plusieurs entreprises et de fonds dans le secteurs touristique et ceci n'est que le debut a mon avis. Le debut parce que la Tunisie et d'autres pays arabes ont vu leurs attrait monter depuis le 11 septembre.
Les Etats Unis, lieu naturel qui recueille les investissements des pays du golfe, vient cette semaine de rejeter la prise de controle de Dubai Ports World. Ce camouflet politique au president Bush, Ce message clair adressé par les politiciens du Congress a un fidele pays allié, risque d'augmenter encore plus la fuite des capitaux arabes sous des ciels plus accueillants.
Toutefois, pour beneficier de cette fenetre d'opportunités. La Tunisie comme d'autres se doit de mettre en place une atmosphere et une ambiance favorable a ce flot d'investissement. Je sais que nous avons fait du chemin deja mais sincerement je ne comprends toujours pas pourquoi on ne reussit pas a recueillir une part plus large que les petites miettes qu'on reussit a attrapper de temps en temps?
Il est evident que beaucoup reste a faire, que ce soit au niveau legislatif avec la complete liberalisation du dinar ou au niveau structurel avec la mise a niveau du secteur bancaire ou l'adoption de l'anglais comme langue des affaires, le chemin est encore long. Sincerement je pense qu'il faut reagir vite et accelerer la cadence car pour attirer les IDE il ne faut pas oublier que comme tout investisseur, ces investisseurs du Khalij sont attirés avant tout par le profit et ce profit, si on arrive a le realiser, profitera a nous tous.

Commentaires

Youyou a dit…
Du "Zizou président" dans le texte ;)
Rico a dit…
intéressant, cette analyse.
il faut suivre l'économie, c'est elle qui -helas- détermine presque tout. je me dis ça mais je n'arrive touujours pas à lire les pages Eco dans les journaux
Anonyme a dit…
Orientes donc les investisseurs vers la tunisie qui a grand besoin de ces capitaux !

Posts les plus consultés de ce blog

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée :  "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Le discours de Bourguiba à Addis Abeba en 1963 à l'occasion de la création de l'OUA

Merci à tous ceux qui ont réagi pour revendiquer l'appartenance de la Tunisie à l'Afrique. Grace au soutien de la direction de la communication de l'unité africaine,voici en exclusivité le discours de Bourguiba à l'occasion de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA). Ce discours a été prononcé il y'a 50 ans jours pour jours, le 25 Mai 1963 à Addis Ababa. Son Excellence Habib Bourguiba, Président de la Tunisie. L’unité dans la diversité J’ai l’agréable devoir d’adresser à votre éminente assemblée les salutations fraternelles du peuple tunisien et ses vœux de plein succès pour nos travaux. C’est la seconde fois en peu de d’années que les Etats indépendants d’Afrique se réunissent à Addis-Abéba, ce bastion héroïque de la liberté africaine. Je ne puis, sans émotion et sans fierté, évoquer l’épopée éthiopienne. Ce fut le début d’un combat décisif qui devait se terminer, en Afrique et ailleurs, par la défaite inéluct