Accéder au contenu principal

Les fous de la Manouba


Un nouveau film tunisien vient de sortir dans les salles. " KhochKhach" ou fleur de l'oubli raconte la descente aux enfers d'une femme tunisienne des années 40. Le film est un succés en salle, l'homosexualité, la drogue, la question de la femme, les annés 40... tant d'ingredients qui mettent l'eau a la bouche de nous autres tunisiens en mal d'une image et d'un 7eme art local.Une partie de l'action de ce film se passe à l'hopital psychiatrique. La protagoniste principale est montrée en compagnie de loques humaines, des fous emprisonnés a l'exterieur de la société... du monde. C'est de ces fous la que j'ai envie de parler.

En Tunisie, on a un seul hopital psychiatrique. Un hopital fondé par les francais et qui fete cette année son 75 eme anniversaire. Autrefois appelé l'Hopital des Maladies Mentales de la Manouba, l'Hopital Razi a connu depuis l'epoque asilaire plusieurs changements. Il est devenu un hopital presque comme les autres, son budget a augmenté, les conditions de sejour se sont sensiblement amélioré et la psychiatrie pratiqué dans cet hopital est d'un tres bon niveau. Toutefois Manouba...Razi restent des mots qui font froid dans le dos. Combien sont ceux qui sont partis faire un tour la bas ? presque personne ... Cet hopital reste entouré d'un Halo de stigmatisation qui n'est pas pret de s'effacer.

Si parcontre vous avez la chance de visiter cet hopital, vous allez voir deux categories de malades, des malades qui ressemblent a vous et moi, des jeunes et des moins jeunes mais aussi d'autres...: "les loques" ou plutot les chroniques comme on les appelle la bas!
Ces chroniques, qui font perdurer la reputation de l'hopital, sont les plus gentils , les moins dangereux et les moins malades. Ils sont juste a Razi parce que personne n'a voulu d'eux. Hospitalisés une fois a Razi ya tres tres longtemps, ils y sont restés non pas pour raison medicale mais plutot pour raison ... sociale! En effet, incapables de se reintegrer par eux meme dans la société, n'ayant aucun proche ni famille desirant les recuperer, ils resterent vivre a l'Hopital qui n'est ni adapté ni ayant pour mission de les recuillir. Leurs nombre atteint la centaine (1/6 de la capacité totale). Ils vivent dans des conditions tres precaires tout en plombant le budget de l'hopital et en le privant de lit pour les "vrai malades".
Ces pauvres vieux et encore internés meritent mieux, meritent qu'on s'occupe d'eux qu'on leur construit une maison de retraite adaptées, qu'on leur donnent des vetements et surtout une occupation ( jardinage par exemple). Avec leurs depart ca sera une page sombre de l'histoire de Razi qui sera finalement tourné, sa page Asilaire.
Vivement une solution...

Commentaires

OthRez a dit…
C intéressant ça .. mais il n'y a pas de maisons de retraites en Tunisie ?
Sana a dit…
J'ai eu la "chance" de visiter cet hopital (et m^me de me faire draguer par un de ce fous gentils :)),grâce à un prof hors pair qui voulait nous emmener partout mm dans les prisons.. je pense que sa situation catatrophique est celle de la plupart des hopitaux en tunisie.
ORchea a dit…
bravo et merci pr ce sujet qui ns touche plus que des caricatures à la con...
les maisons de retraites c fait pr les vieux et pas pr les fous!
que pouvons ns faire à notre échelle? c la question que je me pose!!
Anis a dit…
N'y a-t-il aucune association qui puisse fournir une quelconque aide à ces personnes ?

En tant que jeune je pense qu'il faudrait en créer et sensibiliser réellement les gens (lycéens, étudiants) à ce genre de problématiques.
karos beirut a dit…
As you obviously did not get my email, I try on this way (get an adicted at his weak point: Blogging!) I need Nini's Email, as I want to meet her tomorrow. Can you please send it to me? Please!
BTW I wrote a card to you guiys yesterday.
Kate a dit…
coucou!!!je suis tombée sur ton blog par hasard!!!En fait j'aimerais partir en vac a djerba fin mars/debut avril et j'aurais aimé savoir s'il fait déjà assez chaud pr bronzer et se baigner???
Merci!!!
Anonyme a dit…
@zied: tu devrais donner sur ce blog tes références bibliographiques sur cet hôpital. Ciao Swazi! Tu vois je lis de temps en temps ton blog et même j'y ajoute mes commentaires sans signer.
chere Orchea !
ces "fous" ne sont pas fous, c'est des vieux ex fous ...
anis !
une association serait une excellente initiative ...
Kate !
bronzer oui alors que nager est possible mais l'eau est encore un peu froide ( genre comme a l'atlantique l'ete)
swazi cherie !
tes passages me font tres plaisir pour les sources c'est une these de la fac de medecine soutenue l'année derniere au mois de juin dont les droits m'ont été accordé;-)
EMMA BENJI a dit…
il y a eu une piece de théatre extraordianire qui parle de la folie. C'est Jounou, avec Mohamed Ali Ben Jemaa. J'y suis allée deux fois. C'est une des meilleurs pieces que j'ai vu dans ma vie...elle retrace l'hstoire d'un jeune, qui a sombré dansla folie, et de son medecin qui se bat contre le système pour l'aider. Le système finit par la chasser...alors qu'elle commencait a obtenir de bon resulats!!!
Quik a dit…
Excellent sujet cher ami, comme sana j'ai eu la chance de visiter l'hôpital a plusieurs reprises et j'ai même chapardé des oranges a l'intérieur pendant mon enfance, vu que j'habite tout près. Razi d'aujourd'hui n'a plus rien a voir avec celui des années 80, certes il y a une nette amélioration des conditions de vie des malades (des personnes marginalisées par une société intolérante et hostile a leur pseudo folie), mais Razi reste quant même une plaque tournante du trafic de médicaments, d'ailleurs pas mal de dealer de la Manouba ont des cartes de soins et récupèrent ces médicaments en toute impunité pour les écoulés et se faire un bénéfice non négligeable. Sachez que la maison de retraite est à 100 m de Razi et il y a un autre centre tout près aussi qui prend en charge ces personnes.
Anonyme a dit…
malheureusement, l'idée que vous vous faîtes de l'hôpital Razi est trés eloignée de sa sombre réalité. Cette institution dont le présent est aussi tourmenté que le passé est un asile moyen âgeux pratiquant une psychiatrie décalée et passéiste; résultat d'une politique clanique et d'un mandarinat qui a étouffé les jeunes générations de soignants qu'ils soient infirmiers ou médecins. L'idée que se font les gens de Razi est par conséquent vraie. Razi est pour tout ceux qui le connaissent bien une vraie honte pour la Tunisie moderne et pour l'humanité. Vivement un vrai coup de balai!!!
Anonyme a dit…
je suis moi meme infirmiere en psychiatrie dans un grand centre de santé mentale en france et je crois que notre situation n 'est pas tres eloignee de la tunisie/ nos plus vieux "fous" ainsi que nos plus jeunes sont eux aussi marginalisés ici, la peur? la gêne? ou la difference? nous avons beaucoup de travail a faire pour changer les mentalités...

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).