Accéder au contenu principal

Slava

La famille Pavlovic ( que bcp en Tunisie conaissent) fete sa slava cette semaine ! plein de monde est invité a une fete unique que seul ce peuple originaire des Balkans celebre. voici ci dessous un pt article qui presente cette coutume

Une slava ou célébration du jour de la fête du Saint patron de la famille est une importante fête religieuse pour les Serbes orthodoxes. Les Slavas se déroulent tout au long de l’année mais la plupart ont lieu durant les mois d’hiver. Quelle est l’origine de cette fête ?
Cette tradition remonte aux temps où les Serbes étaient païens, époque où chaque famille avait sa divinité protectrice. Comme pour tous les peuples européens, au sein desquels bien des traditions païennes ont été transformées en fêtes chrétiennes pour faciliter leur conversion, les Serbes ont pu conserver la tradition de la slava, finalement acceptée par Byzance, en remplaçant le dieu païen protecteur par un saint patron chrétien.
au XIIIème siècle, Rastko Namanjie, canonisé sous le nom de Saint Sava créé l’Eglise Orthodoxe Serbe. Il envoie alors des messagers pour convaincre les Serbes de remplacer leurs dieux de la maison par des saints chrétiens. Au XIVème, les Turcs envahissent la Serbie. L’occupation dure 500 ans. Les Serbes orthodoxes poursuivent leurs rites chrétiens. Après la chute de l’Empire turc, les Serbes célèbrent quelque temps librement leur slava, jusqu’à ce que le communisme décourage de nouveau la religion. Comme sous l’occupation turque, beaucoup continuent à fêter leur slava familiale. Actuellement, il n’y a plus aucune restriction.
Mais comment la slava est-elle célébrée ? Bien qu’il y ait des différences entre les familles, ce qui suit est l’explication traditionnelle.
Les slavas durent 3 jours pendant lesquelles les familles sont prêtes à accueillir leurs invités, car, durant la slava, la maison orthodoxe est considérée comme une église. Personne ne peut s’en voir refusé l’accès. Dans les temps anciens, tous les habitants du village connaissaient les dates des slavas locales et ils venaient automatiquement à la célébration. De nos jours, il est habituel que les membres de la famille propagent oralement les invitations, jamais sous forme écrite, et renouvelle cette invitation tous les ans. S’il y a eu un mort dans la famille, la slava est célébrée mais avec généralement que les membres de la famille. Comme les slavas sont une tradition religieuse, il n’y a pas de musique.
Habituellement la slava a lieu chez le père ou le grand-père, s’il est encore en vie. De nos jours, s’il y a plus d’un fils adulte indépendant, chaque fils peut célébrer chez lui. Les slavas sont transmises de père en fils. Quand une femme se marie, elle « épouse » la slava de son mari. (Les féministes peuvent penser que la femme n’a pas à adopter la slava de son époux. Ici, un grand nombre de femmes pensent glorieusement qu’elles ont 2 slavas alors que leurs maris n’en ont qu’une !)
Durant les jours précédents la slava, certaines maîtresses de maison préparent une abondante quantité de nourriture, sans regarder à la dépense, alors que d’autres choisissent une nourriture en quantité moindre. Certaines slavas sont des slavas « maigres » où aucuns produits laitiers ou carnés ne sont servis. Deux plats sont traditionnels. Le premier est le slavski kolac, ou gâteau de la slava, une grande brioche, de type pain, décorée de sel et d’une croix orthodoxe en farine. L’autre est le zito, un plat à base de de grains de blé, de cannelle, de sucre et de noix de muscade. .Mais ne cherchez pas de zito à toutes les slavas. Il existe certains jours saints où le zito n’est pas servi car certains saints sont considérés comme étant encore vivants. Dans ces cas-là, le slatko confectionné avec des cerises ou des framboisesentières dans un sirop épais est servi à la place du zito pour accueillir les invités.
Le premier jour de la slava, les membres de la famille se congratulent avec « Srecna Sava » ou « Joyeux Jour Saint ». Les travaux non indispensables comme le lavage des vêtements, la couture ou le repassage, ne sont pas exécutés ce jour-là. Le chef de famille allume une haute bougie en cire d’abeille, prenant bien soin que la flamme ne s’éteigne pas avant le soir, quand tous sont au lit. A côté de la bougie se trouvent le slavski kolac, le zito ou le slatko, ainsi qu’un verre de vin rouge.
Ensuite, ils attendent que le prêtre arrive pour accomplir les rites du jour de la slava et bénir la maison. Lorsqu’il est arrivé, commence la bénédiction de la maison en allant de chambre en chambre en balançant un encensoir en cuivre pour répandre les parfums d’encens ; Après cela, la famille se rassemble autour de la bougie pour que le prêtre accomplisse une petite cérémonie et coupe le slavski kolac. (Les familles peuvent également, si elles le souhaitent, emmener le slavski kolac à l’église pour être découpé).
Les invités arrivent généralement vers 19h en apportant des fleurs ou du vin, seuls vrais cadeaux de la slava, et congratulent la famille avec « Srecna Slava ». Puis la maîtresse de maison ou la fille aînée propose un plateau de zito ou slatko. Tous les invités doivent se servir. Certaines familles adoptent le style buffet alors que d’autres préfèrent le dîner assis. Les invités peuvent rester toute la soirée ou s’éclipser après 1 ou 2 heures. Si vous choisissez cette solution, assurez-vous que vous avez précisé à votre hôtesse que vous vous rendez à une autre slava, sinon il est impoli de partir si vite. Dans les temps anciens, les jours de fêtes des saints les plus populaires, les rues étaient encombrées de personnes allant d’une slava à une autre, plus particulièrement pour Saint Nicolas, le 9 décembre. Il est dit que la moitié de Belgrade a une slava à la Saint Nicolas et que l’autre moitié est invitée !
Note : Une slava n’est pas une réception comme une autre. En fait, ce n’est pas une réception du tout, mais l’observation d’une tradition religieuse. Sachez que ce n’est pas seulement vous qui avez accepté l’invitation à la slava. C’est la slava qui vous a accepté.


Copyright P. Andjelkovic - http://www.expat.org.yu
http://fr.wikipedia.org

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).