Accéder au contenu principal

la langue Tunisienne

tunisian flag



en Tunisie on parle l'arabe ?
tout europeen et tunisien qui se respecte reponds par oui a cette question facile a premiere vue !
que nenni!! en tout cas pour moi...
en Tunisie , on parle le tunisien ! originaire de l'arabe certe mais c'est du tunisien !! c'est tellement different de ce qu'on entend aux infos ou sur el Jazira que ca gagnerai à etre reconnu en tant que langue a part entiere ! le maltais ( ecrit et parlé en lettres latines l'est que depuis un siecle ) est une langue trés proche du tunisien...
d'ailleurs sur 220 M d'arabophones il n'ya que les algèriens de l'est et les libyen de l'est qui comprennent le tunisien.
je pense qu'une telle reconnaissance aidera a résoudre un problème d'identité majeur (le mien entre autres ), une telle reconnaissance donnera un coup de fouet a la vie culturelle du pays : production littèraire , journaux, télé, théatre... secteurs quasi inéxistants dans la vie du tunisien ( pour la simple raison qu'il ne s'y reconnait pas).

en effet l'arabe (qui est la langue du Coran) n'est que trés rarement utilisé par les tunisiens. il est compris certe, mais il véhicule tout une culture "Machrek": etrangère pour le tunisien mais ou il s y reconnait actuellement de plus en plus ( et c'est grave à mon avis). ceci nous fait de plus en plus perdre notre spécificité de Tunisien, nous pousse à la régression intellectuelle et crée une barrière de langue (invisible) avec nos voisins naturels ( l'italie , l'algèrie...). il faut noter aussi que le Machrek n'est pas une région a laquelle on a interet à appartenir sur le plan intellectuel ( son élite est anglophone et sa culture l'est de plus en plus et prendre de cette région que l'influence arabe revient a regarder que la partie visible de l'iceberg)

la langue francaise : langue liant la Tunisie à l'occident , unique barrière a une libyfication du pays a la vie dure de plus en plus. les gens la percoivent comme la langue de l'occupant ( meme si la Tunisie est libre ! depuis 50 ans) ou du riche ( le knannou ce qui ajoute au rejet de cette langue )
en regardant le peuple tunisien on remarque une quasi ignorance du francais dans les population les plus défavorisé, un niveau de plus en plus faible chez les fonctionnaires qui ne l'utilisent plus.

l'anglais langue trés minoritaire, représente un outil a ne plus négliger , son ignorance nous mets a la marge d'un monde globalisé un monde ou l'anglais est juste une langue de travail. sommes nous conscient de son importance ? je ne pense pas ! de toute facon et jusqu'a maintenant je n'ai jamais vu un tunisien acheter newsweek ou regarder bbc world !pas meme de film en VO ou un vrai journal en langue anglaise.

pour revenir a mon problème de départ je dirai que donner le statut de langue au tunisien tuera cette schizophrenie ( arabophone- francophone) elle mettra les autres langues sur un meme niveau et donnera plus d'ouverture sur le reste des cultures.

ce sujet m'a donné conscience de la difficulté de mettre en mots un mal etre interieur synonyme de crise d'identité, je ne sais si j'ai présenté les bons arguments... en tout cas je suis content d'avoir parlé de ce problème qui me tracasse!!!!

Commentaires

Isa a dit…
haslima ,-) je suis française et je réponds à ton "article" sur la langue tunisienne qui est méconnue, je suis d'accord! moi, par exemple, je sors depuis deux ans avec un tunisien et j'ai bien compris qu'apprendre l'arabe ne m'aidera pas à comprendre le tunisien, ou à peine! C'est une langue à part, un peuple à part, et sur plusieurs aspects je suis d'accord avec toi, la Tunisie doit se distinguer des autres pays arabophones et affirmer son identité.
Anonyme a dit…
la tunisie doit garder son patrimoine culturel qui est l'arabe classique où arabe littéraire, car c'est avec le temps que cet arabe s'est dégradé pour ne devenir qu'un dialecte. Ne pas oublié que nos ancêtres sont les hilaliens (de la tribu des Beni Hilèl) originaire d'Arabie (originellement du Yémen dit-on) reconnu pour parler une langue pure, d'où pour les Tunisiens, et plus particulièrement ceux du sud, un accent de bédouin (les hilaliens étaient une tribu bédouine qui du Yémen sont allés en Syrie on traversé l'Egypte sont entrés en Tunisie qu'ils ont arabisé en majeur partie grâce à eux (cf. l'hisoire des hilaliens)).
Il faut donc pratiquer l'arabe littéraire ou classique car c'est la langue de nos ancêtres.
Anonyme a dit…
Ciao ! Tout en étant un tunisien d'origine greco-andalouse, je suis très attaché à la spéficitié tunisienne sans pour autant perdre de vue le coeur de son patrimoine culturel, religieux...Les peuples qui ont perdu leur identité (afrique noir, algérie...) n'ont pas notre chance ! Pour rester ouvert aux autres comme les tunisiens l'ont toujours été il ne faut pas oublier nos valeurs et nos richesses. Faire du dialecte tunisien, une langue à part entière ? Et pourquoi pas imiter les turcs pendant qu'on y est et adopter les caractères latin, nous teindre en blond...Au contraire c'est le travail, l'effort et l'ambition qui doivent ou devraient nous guider. Les français ou les allemands, eux, auraient pu accepter une réforme de l'orthographe (par seul souci de "simplificiation") mais ils ont bien compris que le moins-disant de certains ne doit pas être généralisé, devenir la norme au détriment du mieux-disant. Je n'ai pas la chance de bien maîtriser l'arabe classique (une des 5 langues de l'ONU) mais la beautée et l'héritage de cette langue et de sa culture méritent qu'elle ne soit pas seulement défendue mais aussi promue et qu'elle demeure un ciment entre tous les enfants d'Ismaël, de Palestine au Soudan...qu'elle que soit leur obédience et confession. En cette année de 50ème anniversaire de la Libération de la Tunisie, le combat de nos Anciens dont mon grand-père devrait être plus valorisé ! Aujourd'hui, les tunisiens sont beaucoup plus nombreux à parler des langues ETRANGERES (même de façon + ou - imparfaite) que bien des européens ! C'est une richesse et c'est aussi l'intérêt que les tunisiens attachent à la qualité des liens avec nos voisins du nord qui sont nos hotes chez NOUS. Pour finir, je vous offre à tous un gros bouquet de YASMIN, le symbole de la Tunisie. Hasta luego Zizou !
merci pour vos commentaires !
voici un vrai morceau d'anthologie pour ceux qui s'interesse a la langue de chez nous !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zebi
Anonyme a dit…
ca me fait mal au coeur.....
a ce point il a l ignorance en tunisie
a ce point on ne connait pas notre histoire !!!!
toi qui a dit que nos ancetres sont les benou hilal.
les banou hilal etaient des tribues barbares qui sont venus detruire la tunisie
le khalife fatimide du caire a envoye les banou hilal pour punir les tunisien parce qu ils quitte la chi3a.
ils ont tue des milliers de tunisiens et brule des arbres.
qu est ce qu t as appris a l ecole ? tu as pas lu l histoire ?? ibn kholdoun qui a affirme que benou hilal sont des barbares.
je suis sur qu ils sont tes enscetre puisque tu ose parler comme ca.
tu crois que la tunisie etat vide et les banou hilal sont venu construire un pays qui s appelle la tunisie . quelle ignorance quelle ignorance !!!
oui M zizou je regarde depuis qques jours tes articles, t es tunisien presque parfais pour moi. un vrai tunisien pas un laches des maitres saudiens bedouins arabes.
regardez vos freres arabes quand ils ont eu un peu de petrole ils vous ont jette comme des chiens, maintenant quand tu entres a la saudie tu doi donner ton pass a un maitre bedouin.
vive la tunisie, vive la langue tunisienne langue officielle de la tunisie, vive la nation tunisienne
j ai deja fait la meme recherche que toi M. zizou j ai comparer avec la langue maltaise j ai pense exactement comme et je croi c est un reve qui va peut etre se realiser dans des centaines d annees

Posts les plus consultés de ce blog

الادمان

الادمان هو مرض مزمن شديد الانتكاس . هذا المرض يغير هيكل و وظائف الدماغ. علاج الادمان لا يكون بحبس المدمن في السجن او في مصحات و منعه من تناول مادته. نحن في تونس فشلنا في تعاطينا مع هذا المرض و يجب علينا الاعتراف بذلك. مصدر الفشل هو بالأساس متأتي من جهلنا العلمي في هذا الموضوع. فنحن لا ندرس أطبائنا ، عاملي الصحة ، المرشدين الاجتماعيين ، رجال القانون ، الشرطة ، السياسيين وغيرهم مرض الادمان و كيفية التعامل معه. لا نقوم بنشر المعلومات لكافة الشعب كي يعي باهمية المشكل و عواقبه. فالقليل من المدمنين يعلمون بأنهم مدمنين و الوصم والتمييز المربوط بكلمة ادمان لا تشجع احدا على البحث عن العلاج الذي هو غير موجود أصلا (ممنوع من الدولة).فالمدمن يعاقب على إدمانه و يعاقب على انتكاسته و يعاقب حتى في نجاحه على الإقلاع اذ يبقى الوصم ضده مدى 
حياته.


En #Tunisie le gouvernement et l'assemblée essayent de gérer le problème de la drogue par la répression. On ne regarde pas l'addiction sous un angle scientifique. On ne mets pas en place une politique de réduction des risques et on parle encore de guériso…

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة
بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر



Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée : "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Rest In Peace Hans Rosling

Meeting Hans Rosling and spending a weekend with him ( Thanks to Houssem Aoudi, we went to pick him up from Annaba and drove to Tunis together - we stopped and had sea food in Tabarka, Tunisie) was one of the most meaningful moments of my life as a young adult. On our road trip, he shared his life story, his passions and his dreams. He was so humble, generous and kind. He gave me life-changing advice and meaningful words of wisdom that make me feel grateful and entrusted to keep his legacy and pursue his work to improve the health and well-being of people around the world. (He made this video in Tunisia Live studios to inspire the young people of North Africa to keep up the good work).