Accéder au contenu principal

l'Ecole de Voile de Sidi Bou Said


Je voudrais rendre hommage a cette ecole qui a contribuer a faconner notre personnalité et qui nous a tant appris ! je vous invite a inscrire vos fils, vos freres et soeur et a vous inscrire a cette ecole qui a formé tant de monde.
Je remercie particulierement Arbi, mon infatiguable moniteur, tout les autres enfants de cette ecole et aussi la famille Chammari qui a tout donné pour que cette ecole devienne ce qu'elle est.
Le siege social se trouve a coté de la capitainerie du port.
Je me rappelle que pendant l'hiver on sortait le mercredi, vendredi, samedi et dimanche. L'été on se faisait plaisir avec des sorties quotidiennes ( la cotisation etait de 40 dinars par an). koike je me debrouillais en planche, c'est la caravelle et surtout le Laser que j'adorait le plus. Je me rappelle aussi de l'epoque ou l'ecole etait construite de Bombou ( Ksab) avec un semblant de vestiere ( mixte). Bravo a tous ceux qui ont contribué a ce que cette ecole existe et pourvu que la voile conaisse un vrai engouement au pays des 1500 Km de cotes.

Commentaires

Anonyme a dit…
bonjour zizou
Navrée pour ce petit retard involentier d'une année mais que faire si "l'hasard n'agit que par pur hasard".
Mais la je dirai plutot que c'est une vraie chance de tomber sur ton blogg parceque ça fait plus de 6 mois que je cherche les coordonnées de Arbi, ton infatigable moniteur, et pourqui j'ai un estime et une considération particuliers.
Je me rappelle encore du jour ou j'ai frappé timidement à la porte de l'école pour demander quelques informations en relation avec mon sujet de recherche sur la physique des voiliers, recherche qui m'a paru pour un moment peu marrante, et qui m'était indispensable pour le passage du maudit concours d'entrée en écoles françaises d'ingénieurs.
Et c'est la que Arbi m'a reçu avec une chaleur surprenante qui m'a fait tellement chaud au coeur, et c'est la que j'ai pu voir son incroyable passion par l'école, le port, les voilies...
J'avais l'impression qu'il donnait l'ixir de vie à l'école et au club, petits certes mais fort prometteurs.
Je garde encore l'agréable souvenir des sorties q'on a fait accompagnés par des élèves passionnés au bord de son voilier, avec qui il semble vivre la plus tendre des histoires d'amour..
Quelques hyperboliques que soient mes propos, j'y tiens parceque j'ai trop aimé l'ambiance de l'école et je compte y retourner, par gratitude certes mais aussi par amour.
Ne serait ce qu'une nostalgie qui s'éveille en moi et que je découvre dès mon arrivée en france l'été dernier pour suivre mes études d'ingénieur à toulouse...elle me manque la tunisie.
Je te remercie vivement zizou pour cet hommage, si sincère et si tendre..je vais aussi me permettre de te demander les coordonnées de Arbi(mail ou tel),si tu les as bien sur, ça me fera énormemment plaisir et je te serais plus que reconnaissante.
Je te souhaite un agréable séjour au liban...
A l'un de ces jours
mannou
mannou_01@hotmail.com
Anonyme a dit…
Hallo!
Mein Name ist Frauke und ich komme aus Deutschland. Vor vielen Jahren verbrachte ich einige Sommer in Sidi Bou Said und war mit Arbi Haddad befreundet. Falls Du noch Kontakt mit ihm hast, grüsse ihn ganz lieb von mir.
Frauke Kramer Rommerskirchen
Anonyme a dit…
Un grand bonjour à Lotfi, 3arbi, 3aicha et ... je ne me rappel plus du nom des autres.

j'étais à l'ecole 2 ans 96 et 97.

Habitant au sommet de sidi bou said, je descendait tous les jours de l'été à pied en passant par "dar echrif" puis en empruntant les escaliers "drouj essolleh" ( 273 marches si je me souviens bien).
j'arrivait, je signalait ma présence en mettant ma carte de presence dans le tableau et attendais l'affectation du jour (souvent de l'optimiste) (eh oui j'était jeune à cette époque).
le lazer c'était le jour de fête, c'était trop bien. lorsque je faisait de l'optimiste, je prenait toujours la voile 'DANONE' cassé puis réparé avec un baton de balai. c'étais ma voile à moi, personne ne la prenait, elle m'était réservée. une fois l'affectation établis, on se préssait pour descendre le matériel au bord de l'eau sur la plage, quelque noeud de chaise et de demi-clé et le tour est joué. puis on s'élançait.
ahhhh !!! elle était belle la vie quand j'était petit. si seulement je pouvais y retourner !!!!
bref.
vive la mer, vive le vent, vive la voile, vive l'école de voile, vive sidi bou said.

Posts les plus consultés de ce blog

تونس: كارثة الإيقاف التحفظي

الإيقاف التحفظي والايداع بالسجن قبل إصدار الحكم يجب ان يكون الاستثناء وليس القاعدة. هذا الإجراء المعمم بالمحاكم التونسية هو سبب اكتظاظ السجون(50%من السجناء هم مواطنين موقوفين ولا يوجد حكم ضدهم) وثابت علميا انه يؤثر على مجرى العدالة بشكل كبير ويؤثر سلبا على الأحكام فنادرا ما يحكم الموقوف بالبراءة او بمدة اقصر من التي قضاها تحفظيا . هذه الممارسات تسبب كوارث اجتماعية واقتصادية و تجعل المواطن يحقد على المنظومة القضائية و يحس بالظلم و القهر Pour s'approfondir dans le sujet: Lire L'etude du Labo démocratique intitulée :  "Arrestation, garde à vue, et détention préventive: Analyse du cadre juridique tunisien au regard des Lignes directrices Luanda"

Le discours de Bourguiba à Addis Abeba en 1963 à l'occasion de la création de l'OUA

Merci à tous ceux qui ont réagi pour revendiquer l'appartenance de la Tunisie à l'Afrique. Grace au soutien de la direction de la communication de l'unité africaine,voici en exclusivité le discours de Bourguiba à l'occasion de la création de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA). Ce discours a été prononcé il y'a 50 ans jours pour jours, le 25 Mai 1963 à Addis Ababa. Son Excellence Habib Bourguiba, Président de la Tunisie. L’unité dans la diversité J’ai l’agréable devoir d’adresser à votre éminente assemblée les salutations fraternelles du peuple tunisien et ses vœux de plein succès pour nos travaux. C’est la seconde fois en peu de d’années que les Etats indépendants d’Afrique se réunissent à Addis-Abéba, ce bastion héroïque de la liberté africaine. Je ne puis, sans émotion et sans fierté, évoquer l’épopée éthiopienne. Ce fut le début d’un combat décisif qui devait se terminer, en Afrique et ailleurs, par la défaite inéluct